Institut universitaire en DI et en TSA

Historique

Vers l’intégration des personnes présentant une déficience intellectuelle

⇒ 1970

Alors que le mouvement de désinstitutionalisation des personnes présentant une déficience intellectuelle débute, les services en réadaptation de la Maurice et du Centre-du-Québec misent sur leur intégration sociale en créant les premiers foyers de groupe. Plus tard, la régionsera parmi les premières à desservir sa populationau moyen de ressources intégrées à la communauté, avec un éventail de services et de programmes dispensés sur l’ensemble du territoire aux citoyens.

 

Les débuts d’une collaboration prometteuse

⇒1980

Dès les années 80, les services en réadaptation de la Mauricie-Bois-Francs font le pari que la recherche et l’enseignement permettra de faire avancer les connaissances en déficience intellectuelle et d’améliorer les pratiques auprès de la population visée. Les membres de l’établissement collaborent déjà à diverses recherches dans le but d’orienter les programmes et services sur des données probantes. 

 

Les prémisses de l’Institut universitaire

⇒1990

Dans les années 90, des mesures incitatives sont déployées pour encourager le personnel à poursuivre des études universitaires. Certains obtiendront le statut de professeur ou de chargé de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Ils enrichiront du même coup les programmes en lien avec la DI et, avec le nouveau mandat de l’établissement de desservir les personnes présentant un trouble envahissant du développement (1999), ceux en lien avec le TED. Plusieurs occuperont ensuite des postes de professionnels, de cadres ou de chercheurs en établissement.

En 1997, l’établissement devient le premier de son réseau à créer une direction dédiée entièrement à la recherche. Il cible déjà l’atteinte du statut d’Institut universitaire dans sa planification stratégique. Les collaborations avec l’UQTR se formaliseront en janvier 2000 par la signature d’un premier contrat d’affiliation. 

 

L’accomplissement d’un rêve

⇒2008

En novembre 2008, le Centre de services en déficience intellectuelle de la Mauricie-et-du-Centre du Québec (CSDI MCQ) est désigné institut universitaire pour une durée de cinq ans. L’Institut compte alors 9 chercheurs et 12 chercheurs collaborateurs. Ayant contribué à l’atteinte de cette désignation, madame Carmen Dionne, professeure au Département de psychoéducation de l’UQTR, accepte le poste de directrice scientifique de l’Institut. Soulignons qu’il est le premier institut universitaire dans le domaine social attribué en région.

 

« Le peu d’historique touchant la gouverne des instituts à caractère social au Québec ressort comme un autre constat de l’heure qui nous convie à emprunter les sentiers de la créativité et de l’innovation » - Sylvie Dupras, ancienne directrice générale du CRDITED MCQ – IU, entrevue Leur histoire… notre histoire (2015).

 

Le renouvellement de la désignation

⇒2015

En mars 2015, l’Institut s’est vue confirmer le renouvellement de sa désignation universitaire. Pour cette deuxième programmation, madame Carmen Dionne passe le flambeau de la direction scientifique à monsieur Jean-Claude Kalubi, professeur au Département d’études sur l’adaptation scolaire et sociale de l'Université de Sherbrooke.

Dans sa volonté d’ouverture à de nouvelles avenues de recherche, l’Institut établit une relation de collaboration avec deux autres établissements et universités : le CISSS de l’Outaouais et l’Université du Québec en Outaouais; le CIUSSS de l’Estrie et l’Université de Sherbrooke. La nouvelle programmation de recherche mobilise la communauté scientifique et l’Institut compte dorénavant 31 chercheurs et 28 chercheurs collaborateurs.

 

Pour prendre connaissance de l’histoire des services en DI et en TSA en Mauricie-et-Centre-du-Québec, cliquez sur ce lien.